Skip links

Warsaw Mermaid

The symbol of Warsaw, the Polish capital, is a mermaid with a shield and a sword. It appears not only in the coat of arms but also on numerous reliefs and statues throughout the city. As a symbol of Warsaw, it appears for the first time in the seals on documents of the city council from 1400.

From the legend…

According to the legend, the mermaid – a beautiful woman with a fish tail – came from the Atlantic and with her sister swam into the Baltic Sea. One of them took a liking to a coast in the Danish straits and from now on she can be seen sitting on a rock at the entrance to the harbor in Copenhagen.

The second swam to the great seaside port of Gdańsk, then the Vistula and up its course. According to legend, at the foot of today’s Old Town, more or less at the point where now there is her statue, the mermaid came out of the water on the sandy shore to relax and lie under the sun. She liked so much the place that she decided to stay there. Soon the fishermen noticed that someone was churning the waves of the Vistula, tangling the nets and releasing fishes. But the mermaid enchanted them with her beautiful singing and they let her stay.

A wealthy merchant once saw the mermaid and heard her beautiful singing. He decided to use her at fairs and get rich showing the monster: he tricked the mermaid and imprisoned her in a wooden shed, preventing her from the access to water. But a young boy, the son of a fisher man, heard her complaints and with the help of some friends released her during the night. The mermaid, grateful, promised them help for the future: Warsaw Mermaid, indeed, is armed with a sword and a shield to defend the city.

…to symbol of capital city

The image of the mermaid changed in the course of the centuries: sometimes she had membranous wings, serpentine tail and two clawed paws, in other occasions her human half was a male. The first representation – half women, half fish – dates back at the 1622. Fun fact: in the Polish language the creature is called “syrena”, even if her appearance is closer to mermaid than siren.

The modern coat of arms of Warsaw was adopted as a result of a competition organized in 1938 and won by the artist Feliks Szczęsny Kwarta. The coat of arms consists in the figure of a woman with a fish tail in a red field; in her right hand rises a golden sword, while in her left hand she holds a gold round shield. Above the coat of arms there is a golden royal crown that symbolizes the capital city and the victory. In addition, there is a “Great Emblem of the Capital City of Warsaw” used only for ceremonial occasions and which includes a depiction of the Virtuti Militari War Order (the highest Polish military award), granted the city in Nov. 9, 1939 by the Commander in Chief General Wladyslaw Sikorski “In recognition of the heroic, tenacious courage proven by the population of the capital city of Warsaw in the defense against the Germaninvasion.” War Order is presented with laurel leaves, a ribbon and Latin motto “Semper invicta” (always invincible).

Le symbole de Varsovie, la capitale polonaise, est une sirène avec un bouclier et une épée. Il apparaît non seulement dans le blason mais aussi sur de nombreux reliefs et statues dans toute la ville. En tant que symbole de Varsovie, elle apparaît pour la première fois dans les sceaux des documents du conseil municipal à partir de 1400.

De la légende…

Selon la légende, la sirène – une belle femme avec une queue de poisson – est venue de l’Atlantique et, avec sa sœur, a nagé dans la mer Baltique. L’une d’elles s’est amourachée d’une côte du détroit du Danemark et on peut désormais la voir assise sur un rocher à l’entrée du port de Copenhague.

La seconde a nagé jusqu’au grand port maritime de Gdańsk, a trouvé la Vistule et a remonté le cours du fleuve. Selon la légende, au pied de la vieille ville actuelle, plus ou moins à l’endroit où se trouve sa statue, la sirène est sortie de l’eau sur la rive sablonneuse pour se détendre et s’allonger au soleil. Elle aimait tellement cet endroit qu’elle a décidé d’y rester. Bientôt, les pêcheurs remarquèrent que quelqu’un barattait les vagues de la Vistule, emmêlait les filets et relâchait les poissons. Cependant, la sirène les a enchantés avec son beau chant et ils l’ont laissée rester.

Un riche marchand a vu une fois la sirène et a entendu son beau chant. Il décida de l’utiliser dans les foires et de s’enrichir en montrant le monstre : il a piégé la sirène et l’a emprisonnée dans une cabane en bois, l’empêchant d’avoir accès à l’eau. Un jeune garçon, fils d’un pêcheur, entendit ses plaintes et, avec l’aide de quelques amis, la libéra pendant la nuit. La sirène, reconnaissante, leur a promis de l’aide pour l’avenir. La sirène de Varsovie est armée d’une épée et d’un bouclier pour défendre la ville.

…to symbol of capital city

L’image de la sirène a changé au cours des siècles: parfois, elle avait des ailes membraneuses, une queue serpentine et deux pattes griffues, dans d’autres cas, sa moitié humaine était un mâle. La première représentation – moitié femme, moitié poisson – remonte à 1622. Dans la langue polonaise, la créature est appelée “syrena”.

Le blason moderne de Varsovie a été adopté à l’issue d’un concours organisé en 1938 et remporté par l’artiste Feliks Szczęsny Kwarta. Les armoiries se composent de la figure d’une femme avec une queue de poisson dans un champ rouge; dans sa main droite se dresse une épée d’or, tandis que dans sa main gauche elle tient un bouclier rond d’or. Au-dessus des armoiries, il y a une couronne royale d’or qui symbolise la capitale et la victoire. En outre, il y a un “Grand emblème de la capitale de Varsovie” utilisé uniquement pour les cérémonies et qui comprend une représentation de l’Ordre de guerre Virtuti Militari (la plus haute récompense militaire polonaise), accordé à la ville le 9 novembre 1939 par le commandant en chef, le général Wladyslaw Sikorski “en reconnaissance du courage héroïque et tenace dont a fait preuve la population de la capitale de Varsovie dans la défense contre l’invasion allemande”. L’Ordre de guerre est présenté avec des feuilles de laurier, un ruban et la devise latine “Semper invicta” (toujours invincible).