Skip links

Agnieszka Osiecka

For me, it’s close from the heart to the paper – Agnieszka Osiecka, Rozmowy w tańcu (1992).

Agnieszka Osiecka was undoubtedly a truly amazing person. She wrote approximately 2000 songs and as many short stories, essays, feuilletons, reportages, screenplays and books. In 1972 she coined an advertising slogan “Coca cola – to jest to!” (literally: “Coca cola – this is it”) which was not only popular in Poland, but also echoed all over the world. For 7 years she was the host of Radiowe Studio Piosenki in the Polish Radio, which released over 500 songs and allowed to promote the greatest Polish stars of that time. She lived her life in a very European way, engaging in many short-term relationships with men from her environment.  She had a daughter Agata with Daniel Passent, a Polish journalist and diplomat of Jewish origin but her biggest love was Marek Hłasko. She broke up with him after he moved to the USA. In 1997 she was posthumously awarded Commander’s Cross with Star of the Order of Polonia Restituta in recognition of her outstanding achievements for Polish culture. Younger generations know her mainly thanks to the singing competition “Let us Remember Agnieszka Osiecka” and The Okularnicy Foundation which takes care of Osiecka’s legacy by taking part in numerous events devoted to our Polish Madonna of pop music.

Others about Agnieszka Osiecka

She was an exceptionally curious person, and only then a beautiful girl – never a woman. At first, I felt like her younger friend, and as the years passed by, this changed into a feeling of being her much older sister. It was because I had this impression of getting more and more mature, contrary to her. The very concept of maturity simply didn’t fit her. She didn’t want to grow old. She was intelligent, young, sensitive, she had and incredible sense of observation and a great talent which must have been a gift from God. Yet, till the end, she remained an “irresponsible youngster”. – Magda Umer

My contacts with Osiecka came through different stages of intensity, becoming very frequent after she had married my friend, Daniel Passent. (…) She had this unusual trait, the ability to listen to others with kindness. Before you even noticed, you were telling her about your most intimate affairs. Even I, reluctant to share my experiences, after a couple minutes of conversation, felt how opened she was, how eager to listen to me talking about my problems, how focused she was – but not on herself. On me. She never said a bad thing about anyone, on the contrary, she tried to show appreciation to everyone. In her environment, where competition was the source of intrigues and tension between people, she seemed to be an angel. (…) The atmosphere around her was full of joy of life and fun. – Jerzy Urban

Osiecka was the source of problems for her epoch. Not only did she have different faces, but also she was doing everything the other way round. She was untamed in those areas of life that were supposed to show stability. She was joking while talking about lofty ideas. Time passes by, making memories about the ordinary fade away. Only the most distinguished individuals are saved from oblivion. Today, it can be seen more clearly than decades ago that Osiecka, although back then not taken seriously enough, proved to be years ahead of her time. How? By pragmatic and consequent management of her work. By exercising freedom to the full, by perceiving reality in a cosmopolitan way. And finally, by blazing the trail of woman self-reliance. (…) As she said, her life was a novel full of adventures, not all of them written in a good taste. – Ula Ryciak

For me, it’s close from the heart to the paper – Agnieszka Osiecka, Rozmowy w tańcu (1992)

She was an exceptionally curious person, and only then a beautiful girl – never a woman. At first, I felt like her younger friend, and as the years passed by, this changed into a feeling of being her much older sister. It was because I had this impression of getting more and more mature, contrary to her. The very concept of maturity simply didn’t fit her. She didn’t want to grow old. She was intelligent, young, sensitive, she had and incredible sense of observation and a great talent which must have been a gift from God. Yet, till the end, she remained an “irresponsible youngster”. – Magda Umer

Subjective view of Agnieszka Osiecka

I have been thinking how to describe Agnieszka Osiecka for a long time… As a child, she survived the war, which she reminisced surprisingly positive (first, her family was hiding in the basements of Warsaw’s houses. Later on, Osiecka was sent to the transit camp in Pruszków, to finally end up in the labour camp in St. Pölten). After she had come back to Warsaw, she was ostracised by her friends from Saska Kępa only because she wasn’t rich enough. To make matters worse, her father not only wasn’t a Pole, but was also accused of having an affair with Józefina Pellegrini. Between 1952 and 1956 Osiecka studied at the Faculty of Journalism of the University of Warsaw. She also studied in the Film Direction Department of the National Film School in Łódź between 1957 and 1962. While she was working in the theatre and the radio, she was constantly writing. Although her adulthood is seen as perfect and successful, she never achieved the happiness of true love.
Everyone knows her songs, despite she had never sung one. In each and every piece we can find a tiny part of herself. We can read between the lines to find all the emotions she felt at a particular time. Thanks to these songs we know that she had stronger bonds with her mother (Majka Jeżowska – A ja wolę moją mamę, literally: “I prefer my mum”), that she hoped to go back home after the war was over (Edmund Fetting – Ballada o pancernych, literally: “Ballad of the tankmen”), that she was disappointed in one of the boys from Saska Kępa (Maryla Rodowicz – Małgośka), that she never accepted long-distance relationships (Seweryn Krajewski – Uciekaj moje serce, literally: “Flee, my heart”), and that she hoped to be remembered (Seweryn Krajewski – Kiedy mnie już nie będzie, literally: “When I’ll be gone”).

text by: Natalia Semczuk

Pour moi, c’est proche du coeur du papier – Agnieszka Osiecka, Rozmowy w tańcu (1992)

Agnieszka Osiecka était sans aucun doute une personne vraiment incroyable. Elle a écrit environ 2000 chansons et autant de nouvelles, d’essais, de feuilletons, de reportages, de scénarios et de livres. En 1972, elle a inventé un slogan publicitaire “Coca-Cola – to jest !” (littéralement : “Coca cola – c’est ça”) qui n’a pas seulement été populaire en Pologne, mais a également trouvé un écho dans le monde entier. Pendant 7 ans, elle a été l’animatrice du Studio Piosenki de la radio polonaise, qui a publié plus de 500 chansons et a fait la promotion des plus grandes stars polonaises de l’époque. Elle a vécu sa vie d’une manière très européenne, s’engageant dans de nombreuses relations à court terme avec des hommes de son environnement.  Elle a eu une fille, Agata, avec Daniel Passent, un journaliste et diplomate polonais d’origine juive, mais son plus grand amour était Marek Hłasko. Elle a rompu avec lui après qu’il ait déménagé aux États-Unis. En 1997, elle a reçu à titre posthume la Croix de Commandeur avec Étoile de l’Ordre de Polonia Restituta en reconnaissance de ses réalisations exceptionnelles pour la culture polonaise. Les jeunes générations la connaissent principalement grâce au concours de chant “Let us Remember Agnieszka Osiecka” et à la Fondation Okularnicy qui prend soin de l’héritage d’Osiecka en participant à de nombreux événements consacrés à notre Madone polonaise de la musique pop.

Les autres à propos de Agnieszka Osiecka

C’était une personne exceptionnellement curieuse, et seulement alors une belle fille – jamais une femme. Au début, je me sentais comme sa jeune amie, et au fil des ans, cela s’est transformé en un sentiment d’être sa sœur beaucoup plus âgée. C’est parce que j’avais cette impression de devenir de plus en plus mature, contrairement à elle. Le concept même de maturité ne lui convenait pas. Elle ne voulait pas vieillir. Elle était intelligente, jeune, sensible, elle avait un sens de l’observation incroyable et un grand talent qui devait être un don de Dieu. Pourtant, jusqu’à la fin, elle est restée une “jeune fille irresponsable”. – Magda Umer

Mes contacts avec Osiecka sont passés par différents stades d’intensité, devenant très fréquents après son mariage avec mon ami, Daniel Passent. (…) Elle avait ce trait inhabituel, la capacité d’écouter les autres avec gentillesse. Avant même de vous en apercevoir, vous lui racontiez vos aventures les plus intimes. Même moi, réticent à partager mes expériences, après quelques minutes de conversation, je sentais à quel point elle était ouverte, impatiente de m’écouter parler de mes problèmes, à quel point elle était concentrée – mais pas sur elle-même. Sur moi. Elle n’a jamais dit de mal de personne, au contraire, elle a essayé de montrer sa reconnaissance à tout le monde. Dans son environnement, où la compétition était la source d’intrigues et de tensions entre les gens, elle semblait être un ange. (…) L’atmosphère autour d’elle était pleine de joie de vivre et d’amusement.– Jerzy Urban

Osiecka a été la source de problèmes pour son époque. Non seulement elle avait des visages différents, mais elle faisait tout dans l’autre sens. Elle était indomptée dans ces domaines de la vie qui étaient censés montrer de la stabilité. Elle plaisantait en parlant d’idées nobles. Le temps passe, faisant s’effacer les souvenirs de l’ordinaire. Seuls les individus les plus distingués sont sauvés de l’oubli. Aujourd’hui, on peut voir plus clairement qu’il y a des décennies qu’Osiecka, bien qu’elle n’ait pas été prise suffisamment au sérieux à l’époque, s’est avérée être en avance sur son temps. Comment ? Par une gestion pragmatique et conséquente de son travail. En exerçant pleinement sa liberté, en percevant la réalité de manière cosmopolite. Et enfin, en ouvrant la voie à l’autonomie des femmes. (…) Comme elle l’a dit, sa vie était un roman plein d’aventures, qui n’ont pas toutes été écrites avec goût. – Ula Ryciak

Point de vue subjectif d’Agnieszka Osiecka

Je réfléchis depuis longtemps à la façon de décrire Agnieszka Osiecka… Enfant, elle a survécu à la guerre, ce dont elle se souvient de façon étonnamment positive (d’abord, sa famille se cachait dans les sous-sols des maisons de Varsovie. Plus tard, Osiecka a été envoyée au camp de transit de Pruszków, pour finir dans le camp de travail de St. Pölten). Après son retour à Varsovie, elle a été ostracisée par ses amis de Saska Kępa uniquement parce qu’elle n’était pas assez riche. Pour ne rien arranger, son père n’était pas polonais et a été accusé d’avoir une liaison avec Józefina Pellegrini. Entre 1952 et 1956, Osiecka a étudié à la faculté de journalisme de l’université de Varsovie. Elle a également étudié au département de réalisation de films de l’École nationale de cinéma à Łódź entre 1957 et 1962. Tout en travaillant au théâtre et à la radio, elle n’a cessé d’écrire. Bien que sa vie d’adulte soit considérée comme parfaite et réussie, elle n’a jamais atteint le bonheur du véritable amour.

Tout le monde connait ses chansons, bien qu’elle n’en a jamais chantée une seule. Dans chaqu’une de ses oeuvres, on retrouve une partie d’elle. Nous pouvons lire entre les lignes pour trouver toutes les émotions qu’elle a ressenti à un moment particulier. Grâce à ses chansons, nous savons qu’elle avait une relation très forte avec sa maman (Majka Jeżowska – A ja wolę moją mamę, littéralement: “Je préfère ma mère”), qu’elle espérait retourner chez elle après la guerre (Edmund Fetting – Ballada o pancernych, littéralement : “La ballade des conducteurs de tank”), qu’elle était déçue par un des garçon de Saska Kępa (Maryla Rodowicz – Małgośka), qu’elle n’a jamais accepté de relations à distance (Seweryn Krajewski – Uciekaj moje serce, littéralement: “Fuis, mon coeur”), et qu’elle espérait qu’on se souvienne d’elle (Seweryn Krajewski – Kiedy mnie już nie będzie, littéralement : “Quand je serais partie”)

Texte de : Natalia Semczuk